Système Bancaire / Neo Banking

Les institutions bancaires ont essayé d’offrir de nouvelles expériences telles que des services de paiement concurrents. Cependant, ces nouvelles offres nécessitent généralement un investissement important dans les nouvelles technologies, telles que la conception de sites adaptés aux mobiles, la crypto-monnaie et les portefeuilles numériques. Ils doivent être prêts à répondre aux progrès technologiques continus, à l’évolution des habitudes de consommation et, parfois, aux marchés mal desservis et sous-bancarisés, tout en ayant à lutter contre les schémas de fraude en constante évolution et à prévoir les attentes des consommateurs.

La Fintech et la Deep Tech ont la capacité d’assister les institutions bancaires et néo-bancaires dans leur besoin d’identifier les redondances, de consolider les fonctions, de fournir des messages clairs à la fois en interne et en externe et d’arrêter efficacement la fraude financière. Ces besoins sont essentiels pour moderniser les institutions financières et un service dans lequel la FinTech et la Deep Tech sont pleinement impliquées.

Fin 2014, l’Autorité bancaire européenne (ABE) a publié des lignes directrices visant à renforcer la sécurité des paiements sur Internet, qui stipulent qu’un ensemble minimum d’exigences de sécurité doit être mis en œuvre par les (PSP) dans l’UE d’ici le 1er août 2015. Les lignes directrices s’inspirent des recommandations de 2013 émises par le Forum européen pour la sécurité des paiements de détail (SecuRe Pay) et exigent que les PSP émetteurs prennent en charge l’authentification forte du client (SCA) pour l’initiation des paiements et l’accès aux données de paiement sensibles. En outre, les directives exigent que les PSP qui offrent des services d’acquisition doivent respecter le PSP de l’émetteur à cette fin et que le commerçant en ligne fasse de même pour les transactions par carte sur Internet.

Le secteur bancaire est fondamentalement vulnérable aux risques de blanchiment d’argent (BC) et de financement du terrorisme (FT) en raison de plusieurs facteurs tels que l’importante base de clients, la vitesse de transaction élevée et le volume important des flux financiers. Ces facteurs pourraient éventuellement faciliter la dissimulation de transactions illégales.

Selon une enquête menée en 2018 par le cabinet d'études de marché Harris Insights & Analytics, la fraude bancaire et les escroqueries en ligne ont atteint un niveau record en 2017, avec plus de 60 millions de personnes touchées rien qu'aux États-Unis.

L'utilisation de technologies avancées de gestion des risques permet aux utilisateurs de partager librement les cas de fraude et de communiquer les nouveaux schémas de fraude. Ces technologies ont le potentiel de centraliser les données de vos principaux systèmes et peuvent fournir à votre équipe une plateforme qui protège tous les principaux canaux bancaires. Cela permet à vos analystes de travailler de n'importe où et vous donne la possibilité de suivre les performances de votre équipe. En outre, la même plateforme peut être utilisée pour gérer les règles et utiliser des modèles d'apprentissage profond.

Les utilisateurs et les entreprises déplacent de plus en plus leurs activités bancaires vers les canaux en ligne et mobiles, en particulier les milléniaux natifs du numérique. Si cette délocalisation vers le numérique ouvre de nouvelles portes à l’engagement, elle est également la source de nombreuses nouvelles possibilités pour les fraudeurs d’exploiter ces canaux anonymes.

Les solutions habituelles tentent de bloquer les cyberattaques et se concentrent sur les menaces déjà identifiées. Au final, les solutions qui n’incluent pas de modèles de Deep Learning montrent rapidement leurs limites dans la lutte contre la fraude financière. Les établissements bancaires devraient investir dans des solutions de détection des fraudes efficaces et agiles capables de garantir que l’identité d’un utilisateur est protégée et que les fraudeurs peuvent être rapidement identifiés, quels que soient les schémas de fraude utilisés ou le moment où le fraudeur détourne la session bancaire.

Les nouvelles directives dans les domaines bancaire, néo-bancaire et financier pour protéger les commerçants et les utilisateurs de la fraude financière sont en fait une opportunité incroyable pour toutes les parties. Grâce à la gestion des risques, ils ont tous le potentiel de réévaluer leur approche de la base de leurs clients et de combiner une expérience d’achat transparente avec un haut niveau de sécurité.

À cette fin, les institutions bancaires et les commerçants ont besoin d’une stratégie de gestion des risques avancée et personnalisée qui garantit de manière transparente la sécurité sur toutes leurs plates-formes numériques, pour leur propre bien et celui de leurs clients. Compte tenu de la variété des méthodes frauduleuses utilisées pour accéder aux informations financières, il est devenu essentiel d’adopter une approche holistique de la sécurité.

Dans l’ensemble, l’aspiration des institutions bancaires et néo-bancaires à être des pionniers dans l’approvisionnement de services financiers numériques de pointe ne peut être imaginée sans l’aspiration proportionnelle à des normes de sécurité élevées pour ces mêmes services.

Prestataires de services de paiement (PSP)

La DSP2, dans son article 98 adressé aux prestataires de services de paiement (PSP), prévoit que les entreprises seront exemptées de l'application de l'authentification forte du client (SCA) en fonction du niveau de risque lié au service fourni, soulignant ainsi l'importance de l'évaluation des risques.

L'espace des paiements en ligne arrivant à un moment clé d'innovation et d'évolution, les PSP doivent combiner le besoin d'une stratégie de communication transparente et efficace pour leur base de clients de plus en plus large et la nécessité d'être à l'avant-garde dans la fourniture de nouvelles méthodes de transaction pour s'assurer que leurs clients restent compétitifs.

Les commerçants continueront à rechercher de nouvelles et meilleures formes de paiement en plus des options plus traditionnelles. C'est pourquoi les PSP doivent les guider à travers les complications possibles et les aider à mettre en place les sauvegardes appropriées pour garantir l'intégrité de leurs transactions et de leur activité.

iGaming

À mesure que de nouvelles technologies et de nouveaux modèles sont créés (qui sont souvent également utilisés par les criminels financiers) et que de nouvelles réglementations sont mises en œuvre, des changements dans les types de fraude et les comportements frauduleux sont inévitables. C’est plus vrai que jamais avec la mise en œuvre de l’authentification forte du client (SCA) via les directives PSD2. Il est donc nécessaire que l’industrie du iGaming soit consciente de ce que sont les solutions de gestion des risques et de la manière dont elles peuvent s’attaquer aux problèmes qui se posent, notamment grâce au risk-scoring.

De nombreux consommateurs sont dissuadés d’ouvrir un compte sur un produit iGaming via un appareil mobile car ils sont préoccupés par la sécurité de leurs informations. Dans le même temps, de nouveaux produits iGaming arrivent constamment sur le marché, créant plus de concurrence que jamais et augmentant les attentes des joueurs. Il est aujourd’hui plus que jamais essentiel de combiner un haut niveau de sécurité et une expérience de joueur fluide.